Xavier Alvarez absorbe l’identité

 

MultiWP
XavierAlvarez travaille le bronze. Il élabore ses sculptures en plâtre fin uniquement avec ses mains, sans outils particuliers. Les limes lui permettent ensuite de travailler les angles, les arrêtes et les surfaces tendues. Polies par le temps et le mouvement, ses œuvres s’affirment comme des galets anthropomorphiques aux multiples couleurs. Elles s’inscrivent dans un processus de boucle temporelle où le mouvement circulaire de la main se poursuit jusqu’à son achèvement.

« Le bronze reste mon matériau de prédilection, aujourd’hui peut être plus encore à l époque des technologies les plus audacieuses. L’alchimie des mélanges des métaux, le feu, la chaleur et la luminosité intense du métal en fusion me fascinent et me permettent d’accompagner ma création jusqu’à son aboutissement. »

Xavier Alvarez s’applique à contourner les contraintes pour trouver de nouvelles solutions sculpturales. Son art est une savante combinaison entre abstraction et figuration. C’est le corps de la femme, la dualité homme-femme et le questionnement sur l’identité qui l’anime. La déstructuration des entités sexuées devient possible. Entre la norme et la transgression, les frontières entre le masculin et le féminin se franchissent pour envisager une nouvelle manière d’appréhender la structure du corps. Son intention souligne sa force libératrice, sa propre manière de révéler toutes les forces en présence, les tensions, les équilibres.

L’artiste questionne l’idéalité des formes. Elles sont pleines et généreuses, en courbes et en rondeurs. Cette métamorphose du corps nous absorbent, nous ingèrent littéralement. Xavier Alvarez nous invite à découvrir son monde où les rapports de désir se confondent, où les fantasmes se retournent dans tous les sens. Sensualité, sexualité et supplices amoureux, les points de vues sont inversés pour laisser le rêve se conjuguer à la fiction.

Les sculptures ont un caractère physique très tangible. Elles racontent une histoire avec un vocabulaire simple et accessible. Les pleins, les vides, les symétries, les couleurs constituent des épisodes faits main à la charge émotionnelle pénétrante immédiatement. L’artiste ne se targue pas de mentionner les maîtres qui l’ont inspiré pour accéder à ce ressenti, cette attraction quasi instantanée.

« Henry Moore et Jean Arp étaient deux sculpteurs passionnés de l’art primitif. C’est l’art parfait, sans fioritures ou académisme quelconque. Cette simplicité  me procure  un ressenti  direct et fort. »

Aussi fascinantes que fantasmées, les sculptures de Xavier Alvarez sont primitives à leur façon. La transformation et la disproportion du modèle, l’abandon de la ressemblance au profit de l’essentiel, éveillent quelque part l’esprit du Magique et du Sacré. En laissant ressurgir cette tribalité sous la puissance poétique de sa main, le sculpteur donne naissance à des œuvres dotées d’une force expressive où l’admiration et l’envoûtement se mêlent dans le plus contemplatif des rituel .

Publié  par canoline critiks

.

 

 

About the author